Enjeux – Questions environnementales

L’un des grands enjeux auxquels est confrontée la Chine est un environnement qui se détériore au même rythme, mais en sens inverse, que la croissance économique. Il s’agit parfois de bien plus que les aléas de la révolution industrielle. Voir aussi la section sur l’industrie environnementale

  • En Chine les pastèque explosent. À première vue, cela peut paraître insolite. Mais dans la réalité, le fait d’asperger les fruits d’un accélérateur chimique de croissance (forchlorfenuron) a de quoi convaincre n’importe qui qu’il vaut mieux ne plus manger de fruits dodus. Il y a aussi les piments cultivés au Sichuan qui déteignent au rinçage … Mieux vaut alors s’en remettre aux fruits importés, jugés plus fiables. Malheureusement, l’Association de l’Industrie fruitière du Guangdong soutient que la plupart des « fruits importés » sont produits en Chine (2011)
  • À Naples c’est la camorra, à Nanjing, c’est une grève des travailleurs sanitaires. Les effets sont les mêmes : déplorables (China Smack, 22, novembre 2011)

  • Coal + Ice, pour des images sur les mines et les glaciers, dans le contexte d’un environnement en mutation (Octobre 2011)
  • La Chine est dans le rouge. C’est ce que nous apprennent des articles de la Nasa et du Environmental Health Perspectives. Les particules en suspension, dont il est question ici, traversent les barrières normales du corps et pénètrent profondément dans le poumons. La région côtière de la Chine est la plus touchée par le phénomène (Aujourd’hui la Chine, 29 septembre 2010)
  • La Chine prend des mesures extrêmes de sauvegarde d’énergie. Malgré le pouvoir suprême des instances gouvernementales, elles se sont vu contraintes de revoir leur position. Ceci-dit, elles n’entendent pas se laisser faire (The Economist, 10 septembre 2010)
  • Les masses de déchets de Beijing, et particulièrement les odeurs qu’ils dégagent, ont incité les autorités municipales à prendre de grandes mesures : la mise en place d’une centaine de canons pulvérisateurs de déodorant. Selon l’agence Xinhua, les quelques 18 millions d’habitants de la capitale produisent 18 400 tonnes d’ordures ménagères par jour, dont 90 % sont déversées dans les 13 décharges sises en périphérie de la mégapole (Chine Information et Courrier international, 2010)
  • À quelques jours du début des Jeux olympiques, l’Asia Society propose une entrevue, un reportage-photos et un suivi quotidien éclairants sur l’état de l’air à Beijing. Pour en savoir plus
  • Une cartographie de la pollution des océans, lequel répertorie 17 types d’activités humaines et 14 sortes d’écosystèmes marins révèle notamment que les mers de Chine orientale et méridionale seraient sévèrement menacées. Pour en savoir plus, voir le site interactif développé par le National Center for Ecological Analysis and Synthesis (NCEAS et Courrier international, 20-26 mars 2008)
  • Un article récent de The Economist (5 juin 2008) fait le portrait de la situation actuelle en Chine au niveau environnemental et des mesures prises par le gouvernement pour faire face à la situation. Le graphique suivant, tiré de l’article, illustre bien les défis auxquels nous, citoyens, consommateurs, multinationales et producteurs, sommes confrontés

The Economist, 5 juin 2008

  • La Chine : au-delà du miracle – Le numéro de juin 2008 de la revue Relations aborde notamment les effets du développement économique sur l’environnement
  • Une étude récente de Cap Gemini France intitulée « Obstacles et opportunités du développement durable en Chine » fournit des données sur les principaux enjeux environnementaux auxquels est confrontée la Chine. L’étude est appuyée par des cartes, notamment sur les réseaux fluviaux et sur l’état de l’environnement et les ressources énergétiques. Une discussion sur les initiatives en Chine de la chaîne hôtelière française Accor y est aussi présentée
  • L’Institute of Public and Environmental Affairs, une ONG chinoise, dresse des cartes de la pollution de l’air et des cours d’eau dans le pays. Les cartographies sont disponibles en ligne. Le nom des entreprises portant de graves préjudices à la qualité de l’environnement est donné; la liste des pollueurs de l’air inclut des entreprises chinoises, mais aussi des multinationales telles Shell, BASF et Michelin. Depuis la publication de la carte sur la pollution de l’eau, sur les 10 milles sociétés en infraction répertoriées à ce jour, seules quelques dizaines ont contacté l’ONG pour s’expliquer ou pour exprimer leur intention de s’améliorer. Pour l’instant, le site n’est disponible qu’en chinois mais il est prévu que sa version en anglais sera éventuellement mise en ligne (Courrier international, 10-16 janvier 2008)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :