Publié par : Lynda Dumais | 7 décembre 2015

Beijing : du rouge au noir

Ci-dessous, un mot rédigé par un ami à Beijing le 7 décembre dernier. Gervais Lavoie aura bientôt son propre blog. À suivre dans la nouvelle année…

7 décembre 2015, madame Zhang, notre bonne de tous les temps, arrive une demi-heure en avance le sourire aux lèvres. Le parcours quotidien d’une heure lui a à peine pris trente minutes, quelle belle façon de commencer la journée. Elle n’a pas réalisé qu’aujourd’hui était une journée d’alerte rouge, que les écoles étaient fermées, que l’utilisation de voitures par les officiels coupe de moitié et que seules les plaques finissant par un chiffre pair pouvaient circuler. Elle n’est sans doute pas la seule, car malgré l’interdiction, sur fond de ronronnement des camions lourds, le chantier de construction en face de chez-moi nous entretient de son tintamarre habituel. C’est à croire que les seuls à en avoir pris connaissance furent les ados qui l’accueillent avec joie. C’est comme pour l’annonce des tempêtes de neige chez-nous  : « super, pas d’école ».

Alerte rouge Beijing 7déc15

Bon ce n’est pas tout ça, le boulot attend. Comme tous bons citoyens de classe moyenne, depuis les dernières Olympiques, on a pris nos précautions, plaques paires ou impaires, deux véhicules font l’affaire. Arrivée chez mon distributeur, le business est visiblement au ralenti. Les employés prennent le thé autour d’une même table; je suis sans doute le seul client qui ne profite pas des vacances de pollution. Monsieur Zhang, m’accueille d’un œil rieur. Avant que je puisse ouvrir la bouche, il m’explique que le gouvernement a décidé de fermer toutes les écoles car il y a du poison dans l’air. À l’école de son fils on s’est soumis à la règle en improvisant une garderie temporaire au sous-sol, tandis que les hôpitaux débordent de patients avec des maux de gorge. Quand je lui demande comment il se fait que l’alerte arrive aujourd’hui alors que le taux de pollution était quatre fois plus élevé la semaine dernière, il me répond : « mais maintenant il y a du poison dans l’air, c’est le gouvernement qui le dit ».

Gervais Lavoie, Ph.D.
Beijing

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :