Publié par : Lynda Dumais | 2 août 2010

Shī Shì shí shī shǐ

L’apprentissage de la langue chinoise est d’abord affaire de caractères et de tons. L’histoire du poète Shi, qui habitait une maison de pierres et qui devint friand de lions en constitue une bonne illustration. Elle fut publiée sans commentaires. Depuis ce jour, il ne fut jamais plus question de remplacer les caractères chinois par leur prononciation en pinyin. Le poème, rédigé en caractères chinois et en son piyin, se lisait comme suit :

Pour en savoir plus
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :